CGG : PPLOCAL fait le point sur le projet de restructuration de la dette

Regroupement PPLOCAL fait le point sur le projet de restructuration de la dette de CGG qui sera voté par les actionnaires lors de l’AG du 31 octobre 2017.

Pour rappel, au total, la société déboursera entre 45,5 et 50 millions de dollars de commissions au closing, dont 37,5 millions de dollars pour les seuls porteurs d’Obligations US.
Par ailleurs, ce plan ne permet pas une recapitalisation financière adaptée aux besoins de trésorerie réels de la société. Le plan prévoit un apport de 500 millions de dollars par le biais d’une nouvelle émission obligataire de 375 millions de dollars et d’une augmentation de capital de 125 millions de dollars. Mais, 245 millions de dollars seront immédiatement retirés de cette somme :

– 150 millions de dollars de remboursement du prêt senior aux établissements de crédits ;
– 45 millions de dollars de l’augmentation de capital qui est réalisée par compensation de créances des Obligations US et non par apport en numéraire ;
– 37,5 millions de dollars de commissions payées aux prêteurs des obligations US dans le cadre de la nouvelle émission obligataire ;
– 8 millions de dollars de commissions payées à DNCA dans le cadre de l’augmentation de capital ;
– 5 millions de dollars d’intérêts payés aux OC.

Et sur ces 255 millions de dollars « d’argent frais », seulement 72 millions sont apportés en fonds propres nets des commissions versées. Cette somme parait très insuffisante par rapport aux besoins d’une société qui a consommé plus de 400 millions de dollars en 2016 et prévoit d’en consommer au moins 300 millions en 2017, avant dépenses d’intérêt.

Force est donc de constater la similitude entre la recapitalisation de 350 millions d’euros de la « dernière chance » lancée en janvier 2016, fortement dilutive, et dont l’inefficacité avérée a conduit CGG à lancer un plan de restructuration de sa dette en novembre 2016, soit moins d’un an après la recapitalisation, et la situation d’aujourd’hui.

à noter, que post restructuration la dette de CGG serait de 1,2 milliard de dollars US soit 2,1 x l’EBITDA et ceci sans compter le crédit bail pour « Galiléo » le siège social de la société à Massy, l’opérationnel devrait rester compliquer, ainsi que les objectifs 2018/2019 qui semblent trop ambitieux selon nous… par conséquent, à tord ou à raison, nous estimons que le projet de plan actuel ne peut que mener la société à mettre en place un nouveau plan de restructuration dans les trimestres à venir.