Lettre à F. Abitbol mandataire ad hoc de SoLocal

Le mandataire ad hoc, nommé par le Tribunal de Commerce à la demande de SoLocal, a reçu trois actionnaires, membres de RegroupementPPLOCAL pour une discussion informelle. A la suite de cette rencontre du 11 juillet, avec Frédéric Abitbol, Baudoin de Pimodan qui faisait partie du trio, a pris sa plume pour marquer l’évènement et prendre acte de la discussion. Ce membre fondateur de RegroupementPPLOCAL, partage avec vous les informations de la lettre adressée le 15 juillet au mandataire ad hoc.

En voici quelques extraits :

Les actionnaires relèvent que l’implication de Frédéric Abitbol dans le plan de 2014 de SoLocal s’est limité, selon lui, à convaincre les 7% de créanciers « récalcitrants » d’accepter le plan de report de la dette structurée.  Le plan était proposé par le management aux créanciers de la société, avec l’aide de banques conseils. Frédéric Abitbol, nommé en juin mandataire ad hoc voit néanmoins sa nomination contestée par le regroupement, car il était conciliateur à l’époque de ce plan qui n’a pas donné permis de régler les problèmes.

Baudoin de Pimodan relève également les points suivants de la discussion :

  • l’exigibilité immédiate de la créance obligataire rendue impossible par la Loi française

Nous avons également noté votre étonnement sur la communication de la société concernant la procédure en cours et notamment à propos de l’exigibilité immédiate de la créance obligataire alors que celle-ci est justement rendue impossible par la Loi française….Nous vous avons fait part de nos interrogations concernant certaines pratiques comptables de la société , en particulier cette provision de plus de 1.5 milliard d’euros, passée dans les comptes 2015, sans qu’aucune explication pertinente en soit donnée.

  • Les actionnaires contestent la précipitation

Les actionnaires comprennent qu’une certaine urgence s’impose pour lever le poids de la dette pour Solocal… mais ils contestent cette précipitation.

  • Ils réclament un effort substantiel de la part des créanciers

Nous allons continuer, avec le soutien d’actionnaires qui nous appuient dans notre action, d’alerter l’ensemble de l’actionnariat sur la situation anormale du cours de bourse et sur l’illégitimité de l’endettement de la société afin de pouvoir contester tout plan éventuel qui n’emporterait pas un effort très substantiel de la part des créanciers dont la responsabilité dans le déséquilibre de la structure financière de Solocal et dans son appauvrissement, ne peut pas ne pas être mise en cause.

  • Ils n’hésiteront pas à mettre l’avenir de SoLocal entre les mains du Tribunal de commerce

Que la négociation engagée par le management avec les créanciers se déroule ou non sous votre égide, il nous semble très important de faire valoir à ceux-ci que toute prétention de leur part à profiter de la situation pour spolier les actionnaires, se heurtera à une farouche opposition de notre part. Non seulement, nous remettrons en cause la légitimité de ces créances mais nous n’hésiterons pas à mettre l’avenir de la société entre les mains du Tribunal de commerce. Ce qui permettrait sans doute de revoir les montants, les échéances et les taux….

  • Etudier une émission d’obligations remboursable en actions

La méthode envisagée par le management pour sécuriser la situation financière de la société, ne nous semble pas être la plus pertinente. …Natixis…suggère, depuis des mois, le recours à une ORNANE ou a une OSRA qui à la fois permettrait de dégager des ressources pour discuter avec les créanciers et redonner, dans le même temps, à l’action les couleurs qu’elle mérite.

  • D’autres établissements financiers susceptibles de venir en appui d’une solution équitable

Il est assez probable que l’enjeu « French tech » que représente Solocal, les circonstances historiques de sa dette qui sont révélatrices de la « mauvaise finance » dénoncée en d’autres lieux, du profil de la majorité des actionnaires individuels de Solocal qui y ont investi « en père de famille », des raisons objectives de la chute du cours …. seront des éléments positifs pour aider à trouver d’autres établissements financiers susceptibles de venir en appui d’une solution équitable pour toutes les parties prenantes au pacte social de la société.

  • Des membres du Comité Consultatif des actionnaires dans la négociation

Par courriel en date du 13 juillet, vous avez proposé que des représentants des actionnaires puissent participer aux négociations entamées avec les créanciers… La société a constitué un comité consultatif des actionnaires en mars dernier et aux membres duquel, elle a fait signer un engagement de confidentialité. Il me semble qu’il y a parmi les membres de ce comité des personnes parfaitement au fait des questions financières et qui par leur expérience passée, remplissent toutes les conditions nécessaires. C’est, me semble t-il, d’abord vers elles que le management de la société doit se tourner, sauf à considérer que ce comité n’avait d’autre objet que d’être un « leurre ».